Nunaflet d'Eryn Vorn [Description]

Aller en bas

Nunaflet d'Eryn Vorn [Description]

Message  Dwyngéïr Fhyringeld le Mar 22 Jan - 13:10

Nunaflet

Signification : Village des arbres

Localisation
: Dans la forêt d'Eryn-Vorn, plus concentrée dans le sud de la forêt,
mais disposant de tours de guets sur tout le pourtour de la sylve. Un
port est ancré dans une crique dans le sud-est de la pointe d'Eryn-Vorn.

Description de la ville
: Le village est suspendu dans les hauteurs des arbres de la forêt
d'Eryn-Vorn. Au niveau de chaque bâtiment suspendu se trouve une citerne
qui récolte e l'eau de pluie ainsi que divers projectiles. Des
plateformes défensives entourent le village suspendu, plancher de bois
permettant une défense plus aisée des hauteurs. Des tours de guets se
sont dispersées dans toute la forêt et les guetteurs communiquent par
son de cor.

Description des fortifications
: Les tours de guets encerclent la forêt entière et surveillent la
lisière de la forêt, la mer, ainsi que la Vieille Route du Sud au Nord
d'Eryn-Vorn. La forêt dispose d'une multitude de pièges divers et
variés, en grande quantité. Il n'existe que trois passage sûr connus des
seuls habitants et défenseurs du village suspendu, dont les traces de
passages sont scrupuleusement effacés. Des plateformes défensives se
trouvent dans les hauteurs autour du village même et chacune
d'entre-elles dispose de munitions tels que flèches et javelines, mais
aussi des blocs de rocs, des marmites de poix qui sont chauffées une
fois l'alerte donnée, des citernes d'eaux pour prévenir les risques
d'incendies. Tous les bâtiments du village sont en hauteur, on n'y accède
que par les échelles de cordes, des ascenseurs à poulis et autres
mécanismes. De plus des projectiles et une citerne complète chaque bâtiment du village.

Histoire : Olanir le Clairvoyant, d’origine Dunedaine, mais responsable de
l’armée de réserve au service d’Anoril du Cardolan est actuellement en
position dans la grande sylve d’Eryn-Vorn. Il décida de prendre les
choses en main pour son campement d’hommes et du village inexploité dans
les arbres de la forêt sous sa responsabilité. Ses hommes et lui
avaient hérités du petit village suspendu dans les arbres après le
départ d’Anoril et de son peuple pour Tharbad, mais leurs habitats
n’était protégés que par leur hauteur et le secret. Olanir rassembla une
équipe autour de lui et leur annonça que ce village servira
d’avant-poste qui surveillera toute la forêt d’Eryn Vorn, ainsi que le
sentier de la Vieille Route du Sud qui passait au Nord, et enfin la mer
qui entourait la sylve de l’Est à l’Ouest en passant par le Sud. C’est
ainsi que petit à petit, à la lisière de la forêt, poussaient des tours
de guets camouflés dans les arbres à intervalles réguliers pour assurer
une communication par cor et une surveillance de toute la zone de
veille. Deux tours au niveau de l’entrée du sentier qui se perdait dans
la forêt, ainsi que d’autres autour du village suspendu et des côtes.
Cette zone de surveillance était assurée par des binômes de guetteurs
qui se relayaient à la mi-journée, douze heures de surveillance par
équipe, de quoi tout voir sans être trop vu, cachés derrière les
feuillages. Leur outil de communication était un cor d’Arnor, tout
simple, mais qui s’entendait d’une tour de guet à une autre. C’est en se
promenant dans la forêt qu’on peut être alerté de la venue de voyageur
en entendant l’écho du cor qui voyageait de l’entrée du sentier sur
toute la lisière pour arriver jusqu’au campement où les sentinelles et
gardes prenaient place sur les plateformes de défenses. Ces plateformes
de défenses, sont de longues planches liées les unes aux autres pour
former un chemin large de 3 mètres, dans les hauteurs des arbres. Dessus
reposaient les sentinelles munis de leurs arcs, mais aussi d’autres
munitions que des flèches. En cas d’alerte d’une grosse armée ou
d’invasion, de la poix était chauffée en hâte durant le quart d’heure
qui séparait les possibles envahisseurs du campement, ainsi la poix
pouvait être chargée dans les hauteurs des plateformes pour se déverser
sur les assaillants. Aussi des citernes d’eau étaient maintenus non-loin
des plateformes, de quoi prévenir de tout risque d’incendie. Les autres
munitions étaient des barriques emplies de javelines, des carquois de
flèches, de quoi ne pas manquer de projectiles, et enfin quelques rocs
qui ont été difficilement hissés sur les plateformes, mais qui
redescendront vite et avec fracas au sol sur quelques têtes orquelines.
Ces plateformes protégeaient le village suspendu en lui-même. Composé de
plusieurs bâtisses, habitations, d’une forge qui se trouvait au sol
ainsi que les autres ateliers nécessaires à la production de bois,
pierre, métal et autres. Les habitations dans les arbres étaient toutes
communicantes par des ponts suspendus, des tyroliennes, des filets, des
échelles, des cordes et autres composants fait de cordage et de bois.
Pour les risques d’incendies, des points d’eaux se trouvaient partout
dans le village, l’eau de pluie récoltée massivement dans des citernes
suspendues offrait une quantité d’eau impressionnante qui écrasait plus
les flammes avant d’éteindre les braises.
Mais l’autre protection de
ce village caché dans les hauteurs des arbres, protégés de ses
nombreuses tours de guets et plateformes de défenses, étaient ses
nombreux pièges clairsemés dans toute la forêt. Seuls les arnoriens qui y
vivaient savaient où se trouvaient chacun de ces pièges, que ce soit
fosse vide ou à piques, pieux qui s’actionnaient à l’écrasement d’un branchage ou le coupage d’une corde qui retenait le mécanisme, des
rondins suspendus dans les airs par des cordes qui se jetaient dans le
vide pour faucher les cibles ennemis, des collets qui servaient aussi
bien à attraper de petits animaux que ralentir l’avancée d’ennemis, des
trappes qui se dérobaient ou qui dissimulaient des défenseurs armés
d’armes à distance, et de nombreuses cachettes qui se trouvaient dans
certains tronc creux, sous des arbustes, dans les hauteurs d’un arbre
qui servaient à dissimuler les défenseurs ou à regrouper quelques armes
de secours. Il ne servait à rien de suivre un sentier, c’était à coup
sur la direction vers un piège, mais sortir du sentier n’était pas moins
sans risques. En réalité, il n’y avait que trois chemins connus des
habitants d’Eryn Vorn. Et ceux-ci restèrent secrets. Olanir qui était un
bon pisteur savait aussi bien effacer les traces, et après chaque
visite d’un voyageur, d’une connaissance ou autre (à qui on bandait les
yeux et escortait sous bonne garde pour éviter qu’il ne connaisse les
défenses du village), Olanir s’empressait de fermer la marche pour
effacer l’empreinte de leurs passages, laissant ainsi les éventuels
envahisseurs, perdus dans cette grande parcelle de forêt piégée sans
repère.
L’autre particularité d’Eryn-Vorn est d’accueillir dans une
petite crique un port maritime. Composé d’un ponton en bois qui
s’ouvrait pour amarre plusieurs navires et de plusieurs plateformes sur
pilotis. Même si ce petit port reste de petite taille, il apporte aux
défenseurs de la forêt les ressources de la mer, de quoi se nourrir ou
d’élaborer des fausses de corail aiguisé. Le sentier qui mène au port
est surveillé par deux tours de guets, ainsi toute invasion par la mer
serait détectée et alerterait les défenseurs depuis le port jusqu’à la
forêt.
Olanir donna un nom à ce village suspendu dans les arbres
qu’ils défendraient. En cherchant dans le langage commun, le Westron, il
s’arrêta sur le nom de Nunaflet, qui signifie Village-Arbre. Quoi de
mieux comme nom que celui-ci pour ce petit regroupement d’habitation
placé au sein des arbres de la forêt d’Eryn Vorn. Olanir se percha sur
une des plus hautes plateformes, s’assit sur un tonneau vide qui se
verrait bientôt remplir de flèches et autres projectiles, et regarda au
loin l’étendue de la sylve verte, Nunaflet gouvernait Eryn Vorn au nom
d’Anoril.

Plan de la cité :



Image de la cité :



Récapitulatif des défenses :
Tours
de guets encerclant la forêt ; Pièges en grande quantité de tout types ;
Plateformes défensives avec grande quantité de munitions, projectiles ;
citernes d'eaux de pluie ; accès aux bâtiments par échelles de cordes
ou ascenseurs à poulie.
avatar
Dwyngéïr Fhyringeld

Messages : 208
Date d'inscription : 31/12/2012
Localisation : Forloi

Feuille de personnage
Titres: Thäne des Grimferthas Waefringas ¤ Sénéchal des Landes Farouches ¤ Froid dans le Froid ¤ Chercheur de peine
Fiche d'équipement:
Barre d'Experience:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur http://notfold.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum