Tharbad [Description]

Aller en bas

Tharbad [Description]

Message  Dwyngéïr Fhyringeld le Mar 22 Jan - 12:49

THARBAD

Signification : Aucune

Localisation :

Sous les marécages du Nîn-in-Eilph dans la région du Minhiriath, elle
se trouve sur le Gwathló. Elle est la cité qui contrôle le Pont de
Tharbad qui ouvre la Vieille Route du Sud, reliant l'Arnor et le
Gondor.

Description de la ville :

La ville est auto-suffisante. Des chasseurs rapportant du gibier dans les
bois à proximité, une culture de champignons dans la cité, les pêcheurs
rapportant du poisson, les marchands empruntant les voix marchandes pour
commercer des biens et vivres, de l'eau potable disponible depuis un
puit. La bonne entente avec les gens du Minhiriath permet un commerce
fleurissant. Le port est aussi une source de revenu puisque les
marchandises peuvent être envoyées aussi bien par les terres que par les
mers.

Description des fortifications :
Deux tours de guets surveillent la Vieille route du Sud pour informer la
cité en cas de risques d'invasions. Le mur d'enceinte en pierre épais
et haut est agrémenté d'une vingtaine de tours répartis à intervalles
réguliers. Deux portes (une à l'Est, l'autre à l'Ouest) assure la libre
circulations des marchands sur le pont de Tharbad. Le donjon de pierre
au centre de la cité se trouve sur l'île.

Histoire :

- Sujets de Cardolan ! Il est l’heure ! En avant pour Tharbad, notre nouvelle demeurre !

Ce furent les paroles d’Anoril lui-même qui résonnèrent contre les troncs
des arbres de la forêt d’Eryn Vorn. Depuis plusieurs jours, un grand
projet avait été annoncé à la population de ces bois, au village
suspendu sous la gérance du Seigneur de Cardolan. Anoril en avait
longuement discuté, mais il fallait l’accepter, les temps avaient
changés et il fallait faire avec. L’insécurité et le manque de conforts
étaient trop importants pour continuer de survivre caché dans les bois.
C’est avec ses généraux et amis qu’il eut pris la décision, s’en aller.
La réponse fut affirmative, mais une interrogation resta : où allez ?

L’équipe d’administration de la peuplade des nomades du Cardolan firent
plusieurs propositions : remonter en Arthedain, s’installer à Bree,
s’exiler en Gondor dans le Sud d’Anfalas et autres territoires annexés.
Mais Anoril refusait systématiquement, les Cardolanii resteraient en
Arnor et continueraient de protéger les terres de la seigneurie du
Cardolan. La région n’avait pas d’armée à proprement dit, mais cela se
ferait au fur et à mesure que le peuple se renforce derrière des
fortifications sûres et à une renaissance de l’activité en Arnor. Des
rumeurs courraient sur une évolution possible en Arthedain, si cela
était le cas, alors le Cardolan serait aussi de la partie, et peut-être,
que par quelques folies, l’Arnor retrouvera une puissance digne de ce
nom.

La question tourna dans leurs têtes aussi nombreuses et
pleines qu’elles soient, durant 2 jours avant qu’un des généraux
d’Anoril, qui avait pour responsabilité la sécurité intérieure du
village suspendu, Iralon, un home fier et musclé mais qui respectait
trop le protocole pour imposer ses idées aux nobles qui entouraient la
table, ne proposes un nom de cité encore resté sous silence : Tharbad.


- Tharbad ? N’est-elle pas en ruine ?
- Pire, elle est noyée sous les eaux depuis la Rude Hiver !
- C’est de la folie Iralon, soit sérieux quand tu proposes quelque chose à seigneur Anoril !
- Il n’y avait pas eut la Grande Peste qui décima la population des Dunedains qui y tenaient garnison ?

-Je ne sais pas mais même le pont est en ruine, cette cité est maudite,
il y a bien trop eut de catastrophes pour que ce ne soit qu'une
coïncidence !


Tous les importants de ce projet de déménagement refusèrent d’entendre ce nom en protestant des
accusations certes réelles, mais pas pour autant qu’elles fussent
utiles. Anoril resta là, à regarder ses responsables se disputer à qui
cassera au mieux la proposition d’iralon qui resta de marbre, encaissant
toutes ces mesquineries visant à la descendre. Quand tous se gaussèrent
de la proposition du responsable de la sécurité, Anoril prit enfin la
parole d'une voix calme et posée.


- Pourquoi as-tu proposée cette cité en ruine, Iralon ?
- Ce n’était qu’une idée idiote mon seigneur, je m'en excuse, je devrai plutot me taire…
- En fait, je pense plutôt que c'est une bonne proposition et que ces seigneurs devraient y réfléchir eux aussi.


Le silence pesait lourd tandis que toutes les personnes réunis autour de la
table sur laquelle était posés cartes, feuilles, plumes et compas,
tournèrent leurs regards sur leur seigneur. Quand le silence fut aussi
lourd que les regards de ses amis, Anolir précisa que ces ruines
bénéficiaient de marécages exploitables pour la défense au Nord et à
l'Ouest, que les ruines disposaient de pierres de tailles en quantité
pour pouvoir être rebattit, que la peste et l’eau ont du nettoyer la
zone et fertiliser la terre, que le pont était un bon endroit pour
relancer une activité économique et marchande en usant d'un port par
exemple, et que ce ne serait pas que quelques travaux d’assainissement
qui empêcheraient les Cardolanii de profiter d’une terre, d’autant que
c’était mieux que de se contenter d’une cité dans les arbres telle
qu'est celle actuelle, ou d’en construire une nouvelle et couterait bien
trop de pièces d'or pour pouvoir aboutir. Tous furent surpris, et
Iralon encore plus malgré qu’il prenait la nouvelle avec le sourire. Il
semblait attachée à ces ruines.


- Iralon, tu as proposé Tharbad, que connais-tu de cette cité avant sa ruine ?
-
Et bien… Je ne sais que de ce que me racontait mes aieux qui y vécurent
avant la Grande peste. La cité de Tharbad, ou ce qu’il en reste, se
trouve sur les rives du fleuve Gwathlò et est entourré par les marécages
de l’ancien Nîn-in-Eilph qui est lui-même alimenté par le Glanduin et
la Mitheithel. La Vielle route du Sud passe par ce point qui n’est plus
qu’un gué en mauvais état maintenant… La cité avait été construite par
les Hommes de Numenor durant le second âge, ils ont dût drainer le
marais et faire des travaux pour retenir les eaux importants pour
pouvoir la construire. Cette cité servait de point-relais entre l’Arnor
et le Gondor, tout ce qui voyageait entre ces deux nations passaient sur
le pont de Tharbad, qui n’existe plus. Il y avait de grande possibilité
de garnison à cette époque, c’était un point d’intérêt important !


- Oui, mais quelles étaient les raisons de sa chute si elle était bien défendue ? Serait-elle maudite ?


- Maudit, je ne pense pas, mais il y eut de grandes catastrophes, enfin
de ce que je sais. Il y eut tout d’abord le déclin des Dunedains qui peu
à peu se virent envahir par l’ennemie au point de les retrancher en
certaines zones, et en abandonner d’autres. Puis, la grande peste frappa
en 1636, enfin de mémoire, ce qui diminua encore plus les défenseurs de
la cité, mais rien ne lui fut de plus terrible que la Rude Hiver de
2912, qui engendra de forte inondation, la neige des Monts-Brumeux
accumulée avait fondu et les crus fut d’une telle importance que les
marais et le Gwathlò abimèrent sérieusement la cité.


- Donc elle est bien dans un triste état, mais certainement pas maudite. Penses-tu qu’il serait possible de la rebâtir ?


- Oui, je le pense. Je ne dis pas que ce sera facile, mais cela n’est
pas impossible. Nous pourrions même solliciter les gens du Minhiriath
qui résident en quelques endroits de l’Enedwaith, certains sont
peut-être même des descendants des défenseurs de l’ancienne Tharbad,
nous pourrions les encourager à rendre la sublime à cette cité.



C’est ainsi qu’Anoril envoya une première expédition de reconnaissance sur
les ruines de Tharbad. Une équipe qui comprenait un architecte, un
charpentier, un tailleur de pierre, un herboriste, un puisatier, un
cuisinier, un palefrenier, un marin et un diplomate, dirigés par Iralon
en personne. L’équipe avait pour mission de reconnaitre le terrain et de
faire un rapport selon leurs spécialités sur les travaux qui seront à
mener, les conditions de vie actuelles et envisageables, l’exploitation
possible des terres, marais et eaux, ainsi qu’un premier contact avec
les gens du Minhiriath. Au retour de l’expédition, les nouvelles furent
meilleures qu’escomptées. La proximité d’un bois offrait une ressource
en poutre et matériaux de constructions appréciables, les pierres
étaient présentes en grande quantité, il suffirait de les rassemble pour
nettoyer les ruines et les reconstruire, la qualité des sols était
bonne pour la culture, aucune plante ou vermine nocive à l’homme n’avait
été détectée, les voix fluviales auraient besoin d’être mise sous
vanne, mais il serai possible de construire des structures flottantes,
ponts et même un port de bonne taille, le diplomate informa que les
habitants à proximité étaient motivés à soutenir la reformation de la
grande Tharbad et souhaitaient participer à sa restauration, les
ressources alimentaires ne manquaient pas avec le Gwathlò fournissant du
poisson, les bois offrant des bêtes comestible, de l’eau de source
potable fut relevé dans l’ancien puits qui était encore en état, et les
marécages offraient de la salsifis en grande quantité, et l’herbe était
assez riche en minéraux pour que les chevaux et le bétail puisse en
paitre à volonté.

Pour Anoril, le choix était fait, Tharbad était
idéal comme emplacement pour un nouveau départ au Cardolan. Il demanda
l’avis de ses hommes qui allèrent dans son sens, pour certains avec plus
de réticence, mais tous furent rassurés par ses propos et l’annonce put
être faite publiquement.

Le périple du Cardolan commença en ce
jour pour arriver en 3 jours de marches devant les ruines de la cité. Un
campement fut rapidement établit. Les hommes commencèrent le
déblaiement des pierres qui avaient chus et bientôt, ce fut un amas de
roc qui avait été érigé. Le chantier était dirigé par la même épique
d’expédition qui fut envoyer en repérage. Alors que la plupart des
hommes charriaient les pierres pour reconstruire le mur défensif,
d’autres allèrent couper du bois et commencèrent l’érection de plusieurs
habitations. Petit à petit, les gros travaux laissèrent place aux
petits, et l’avancée de Tharbad augmenta avec la venue des habitants du
Minhiriath. Les marécages à l’intérieur de la cité furent asséchés et
bouchés. Ceux qui se présentaient au Nord et à l’Ouest en revanche
furent laissés en l’état. Au moins, si les orques descendaient sur eux,
ils devraient éviter cette zone pour ne pas s’engluer dans une mort
probable. A l’Est, la première porte fut terminée. Grande et robuste, sa
pierre lui donnait l’aspect d’un roc infranchissable. Les portes furent
faites du bois de chêne le plus solide et renforcé d’acier. La porte
Ouest fut érigée peu de temps après, de même constitution. Le plus gros
projet après les portes et les remparts, fut le pont lui-même. Abîmé par
le temps et les inondations, l’architecte eut usé de patience pour
pouvoir en venir à bout. Le pont reconstruit, une étable et un comptoir
marchand fut construit et des coursiers partirent en toutes directions
pour annoncer le rétablissement de la Vieille route du Sud. Autre revenu
possible provenait du port qui fut construit. Mélange de pierre et de
bois, les premiers bateaux de pêcheurs commencèrent à ravitailler le
monde que représentaient les Cardolanii et les Minhiriaths. Autres que
le gibier, le poisson fut apprécié. L’herboriste nostalgique des
champignons d’Eryn Vorn réussit à produire une culture de champignons
certes au gout plus âpres, mais à la texture moins spongieuse. Le saumon
farci aux champignons de Tharbad fut un plat très apprécié, et des
visiteurs de passage venaient le déguster et repartait en se léchant les
lèvres. Le donjon terminé, avec ses deux étages, dont un réservé au nom
d’Anoril, les tours de guet placés à l’Est et à l’Ouest, le chemin de
ronde bouclé, les brèches colmatés, les vannes construites, le flux
d’eau régulé, la voix marchande renouée, la vie reprenait en Tharbad, et
bientôt l’étendard du Cardolan flottait dans les cieux.


- Iralon, faites-moi le bilan ! demanda Anoril lors du contrôle de la ville anciennement en ruine.

- Seigneur Anoril, j’ai le plaisir de vous dire que tous va pour le mieux
pour votre nouvelle Tharbad ! Les marchands se remplissent leurs poches
et nos caisses, les voyageurs dépensent pour acheter nos champignons,
notre poisson, nos salsifis et autres produits dont nous avons l’usus et
le fructus. Les marins affirment une présence abondante de poissons,
l’herboriste m’a confirmé que le rhume qu’a eut un des paysans, n’est
pas du à la cité, mais bel et bien à un coup de froid du coquin, nos
relations avec les Minhiriaths sont bonnes au point que les nouvelles
annonceraient leurs intentions de venir s’installer sous les remparts au
Sud, et enfin, la sécurité intérieure est aussi bien maintenue qu’à
l’extérieur. Nos guetteurs sont toujours à leurs postes, les gardes font
le tour du château, je peux donc vous dire que le bilan est très
positif.


- Qu’en est-il des défenses même de la cité ?


-Les bûcherons de votre frère Lionar, ainsi que les tailleurs de pierres
ont pu installer sur les remparts les engins de défenses comme vous
l’avez recommandé. Aussi les navires du port sont armés. Sinon, la cité
est entouré d’un mur de défense tout autour du donjon et longe la
rivière jusqu’au pont. Les patrouilles ont été mises en places comme
convenus autour de la cité et sur la Ville Route du Sud. Les portes en
pierre ont des battants de bois massif renforcé d’un bardage d’acier.
Les deux tours de guets à l’extérieur de la visite assurent une veille
efficace. Des tours ont été érigées le long des remparts. Je pense avoir
dis l’essentiel.


- Très bien Iralon, bon travail !


C’est ainsi que Tharbad la renouvelle, retrouva une nouvelle grandeur sous
l’étendard claquant au vent de la seigneurie du Cardolan, l’étoile
d'argent sur le fond sable. Port maritime du Gwathlò, cité marchande,
passage de la Vieille route du Sud et forteresse d’Anoril du Cardolan,
les ruines n’étaient plus qu’un mauvais souvenir dans les mémoires des
Minhiriaths et des hommes d'Arnor.

Plan de la cité :



Image de la cité :



Récapitulatif des défenses :

Porte Ouest et Est en pierre avec porte en chêne massif renforcée par des
barres d'acier ; 1 rempart en pierre de 5m de haut sur 3m de large tout
autour de la cité, ne s’arrêtant qu'au niveau du pont ; 20 tours
répartis sur toute la longueur du rempart : 2 tours de guets en-dehors
de la cité, une à l'Ouest, une à l'Est ; 1 donjon en pierre situé sur
l'île au niveau du pont ; un pont qui traverse la ville en se reposant
sur l'île. Engins de siège sur les tours et donjons.

Sources historiques : http://leseigneurdesanneaux.superforum.fr/
avatar
Dwyngéïr Fhyringeld

Messages : 208
Date d'inscription : 31/12/2012
Localisation : Forloi

Feuille de personnage
Titres: Thäne des Grimferthas Waefringas ¤ Sénéchal des Landes Farouches ¤ Froid dans le Froid ¤ Chercheur de peine
Fiche d'équipement:
Barre d'Experience:
100/100  (100/100)

Voir le profil de l'utilisateur http://notfold.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum